• Casa
  • |
  • Blog
  • |
  • Procès Pedro Pimentel Ríos, 2ème jour d’audience … L’émotion d’un orphelin du massacre

Le blogue d'avocats sans frontière Canada

« Retour à la liste Publié par Clémentine Sallée
le 26 Febrero 2012

Procès Pedro Pimentel Ríos, 2ème jour d’audience … L’émotion d’un orphelin du massacre

Lors de ce deuxième jour d’audience, deux experts – Manolo Vela (historico-social) et Nieves Goméz (psycho-social) – et un témoin – Ramiro Antonio Osorio Cristales, sont intervenus devant le Tribunal avant que la journée ne se termine par l’introduction de nouvelles preuves documentaires, notamment le Plan de Campagne Victoria 1982.

L'accusé et sa famille: 02/24/2012 (Photo Crédit: Greg Krupa)

Outre le contexte historique et social de l’époque, l’histoire coloniale du département du Petén et le développement du parcalamiento de la Dos Erres, effacé de la carte suite au massacre, Manolo Vela, le premier expert, s’est attardé sur le groupe responsable de ces atrocités - les Kaibiles. Ces derniers existent depuis 1974 avec la fondation du centre d’opérations spéciales dont les premiers cours ont débuté en 1975 dans le but d’apporter un appui diplomatique au Belize. Leur développement en tant que corps d’élite est dû à un certain nombre de facteurs incluant la résurgence de l’activité des insurgés en 1975, le tremblement de terre de 1976 et la révolution sandiniste au Nicaragua en 1979 ; laquelle a démontré qu’un groupe de guérilleros pouvait arriver au pouvoir et renverser une dictature.

L'un des avocats de la plaignante associée, Cristina Alonzo Gómez: 02/24/2012 (Photo Crédit: Greg Krupa)

Selon l’expert, la formation des Kaibiles consistait à rendre ces spécialistes capables de surmonter les situations les plus adverses par le biais d’un entraînement les soumettant à des conditions de vie extrêmes – privation de sommeil, de nourriture, exposition au froid ou au chaud (etc.) – dans le but de leur inculquer des consignes relatives à la défense de la patrie, l’honneur ou le sentiment d’obéissance. L’objectif ultime de leur entraînement: les (re) programmer afin qu’ils obéissant aveuglément à n’importe quel ordre, sans jamais remettre en cause leur bien-fondé, et deviennent ainsi des machines à tuer, torturer ou commettre toute autre types d’exactions. Ce groupe d’hommes entraînés à devenir inhumains m’a fait penser à ce livre que j’ai lu il y a de cela quelques années. Des hommes ordinaires de Christopher Browning qui relate comment des hommes ordinaire ont joints les rangs du 101e bataillon de réserve de la police allemande (Ordnungspolizei) et ont été, par leur participation à l’opération Reinhardt de juillet 1942 à novembre 1943, responsables directement ou indirectement de la mort de près de 83 000 juifs dans ce qui se dénomme la solution finale. Dans ce livre passionnant Christopher Browning met en lumière comment des hommes tout ce qu’il a de plus banal se sont révélés durant cette période noire de l’histoire de l’Europe des meurtriers de masse.

Manolo Vela: 02/24/2012 (Photo Crédit: Greg Krupa)

La deuxième expert - Nieves Goméz – nous a quant à elle exposé les dommages au niveau du projet de vie, au niveau individuel et au niveau familial et communautaire du massacre. Ces dommages à long terme qui touchent tant les survivants du massacre que les membres de leur famille (bien que différemment en nature et ampleur) résultent du massacre même, de la méconnaissance de l’endroit où reposent leurs corps ou du détail faits mêmes, que de l’impunité en l’absence de condamnation des auteurs tant intellectuels que matériels de ces actes.

Devant le micro, Nieves Goméz, experte psycho-sociale: 02/24/2012 (Photo Crédit: Greg Krupa)

Les membres du public dans la salle d'audience: 02/24/2012 (Photo Crédit: Greg Krupa)

La dernière intervention, celle de Ramiro Antonio Osorio Cristales, a été extrêmement émouvante. Ramiro est l’un des survivants du massacre. Il a raconté la voix tremblante d’émotion les faits comme il se les rappelait qu’il n’était âgé que de cinq ans. Orphelin suite au massacre il nous a ensuite conté les abus physiques et psychologiques dont il a été victime aux mains d’un premier militaire puis de la famille d’un autre militaire dans laquelle il a grandit jusqu’à ce qu’il joigne les rangs de l’armée. Le temps de ce témoignage la salle s’est tue.

Ramiro Antonio Osorio Cristales: 02/24/2012 (Photo Crédit: Greg Krupa)

Laisser un commentaire
Commentaires (0)

Laissez votre commentaires

Mot-clés
Les derniers commentaires
Auteurs
Archives
825, rue Saint-Joseph Est, bureau 230
Québec (Québec) G1K 3C8
Canada
Téléphone : +1.418.907.2607
Courriel : info@asfcanada.ca
© Copyright - Abogados sin fronteras
Diseño web por Egzakt