• Accueil
  • |
  • Blogue
  • |
  • Le cas du massacre de Las Dos Erres : une douleur toujours aussi vive après 28 ans

Le blogue d'avocats sans frontière Canada

« Retour à la liste Publié par Avocats sans frontières Canada
le 25 novembre 2010

Le cas du massacre de Las Dos Erres : une douleur toujours aussi vive après 28 ans

Voici un résumé des faits :
Le 6 décembre 1982, un groupe de Kaibiles (forces spéciales de l’armée guatémaltèque) est entré dans le village Las Dos Erres aux petites heures du matin. Ils ont sorti les habitants de leur maison et les ont amenés à l’école et l’église évangélique du village. Ils les ont par la suite torturés, violées et les ont tous assassinés, massacrant ainsi sans distinction, les hommes, les femmes et les enfants. Au total, plus de 200 personnes ont été tuées.

Aujourd’hui restent les survivants. Ces gens qui, on l’oublie parfois, sont des victimes du massacre, tout autant que celles et ceux qui y ont perdu la vie.

Il y a ces parents qui ont perdu leurs deux fillettes de 4 et 6 ans qui étaient au village pour l’anniversaire de leur cousine. Il y a ce jeune homme qui a perdu 7 frères et sœurs alors qu’il était parti travailler hors du village. Il y a cette jeune fille qui a perdu sa famille entière alors qu’elle était en voyage chez sa maîtresse d’école. Et il y en a d’autres. Des centaines d’autres qui ont perdu des membres de leur famille et leur chez-soi en décembre 1982.

Dans ce groupe de survivants, certains acceptent aujourd’hui de raconter leur histoire, de témoigner sur ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont entendu et ce qu’ils ont vécu. Malgré la douleur. Malgré le fait qu’ils devront se retrouver face à ceux qui ont changé leur vie à jamais. Malgré tout, ils se présenteront en Cour en février prochain afin d’expliquer aux juges ce qu’ils connaissent des événements entourant le massacre.

Étonnamment, aucun d’entre eux n’est empli d’un désir de vengeance, mais plutôt d’une volonté réelle de faire cesser l’impunité qui règne dans le pays en ce qui concerne les graves violations des droits humains qui ont été commises durant le conflit armé interne. Ils ont un niveau de courage qui dépasse l’entendement, un courage que je me sens choyée de côtoyer pour ces quelques semaines.

Le village de Las Dos Erres n’existe plus depuis le massacre. Les survivants, eux, existent toujours. Espérons que l’année 2011 saura répondre à certaines de leurs prières et atténuer la douleur avec laquelle ils vivent depuis plus d’un quart de siècle.

- Marylène Robitaille, coopérante volontaire -

Laisser un commentaire
Commentaires (0)

Laissez votre commentaires

Mot-clés
Les derniers commentaires
Auteurs
Archives
825, rue Saint-Joseph Est, bureau 230
Québec (Québec) G1K 3C8
Canada
Téléphone : +1.418.907.2607
Courriel : info@asfcanada.ca
© Copyright - Avocats sans frontières Canada
Design Web par Egzakt