2016 : Au coeur de la justice transitionnelle


Au Mali, malgré la conclusion de l’Accord de paix, le contexte d'inscurité persiste au nord et au centre du pays, ce qui a pour effet de gêner le redéploiement de l’administration et d’affaiblir la confiance des victimes du conflit à l’égard des institutions.

Sur invitation du ministère de la Justice, ASFC est appelée à contribuer à l’élaboration de la politique nationale en matière de justice transitionnelle. L’équipe présente sur le terrain compte maintenant une vingtaine de personnes (employés maliens, expatriés et coopérants volontaires). Elle contribue notamment :

  • à permettre à des femmes victimes du conflit armé de bénéficier de services d’aide juridique ;
  • à renforcer les capacités des actrices et acteurs de la justice par des formations juridiques et méthodologiques dispensées par des experts nationaux et internationaux ;
  • à soutenir la formation de 10 stagiaires du Barreau de même que leur placement en cabinet d’avocats ;
  • à l’émergence d’un dialogue et d’une justice transitionnelle en vue d’assurer la paix et la stabilité du pays.

 


Au Guatemala, ASFC assiste au premier jugement dans ce pays qui se concentre avant tout sur des crimes de violence sexuelle durant le conflit armé interne, qui a duré plus de 30 ans. Les condamnations et poursuites menées contre des hauts-placés de l’État commencent à créer des précédents et favorisent les changements de comportements au sein de l’appareil judiciaire.

ASFC contribue à la condamnation historique de deux militaires pour crimes contre l’humanité, homicides et disparitions forcées et continue d’appuyer les représentants des femmes de la communauté de Sepur Zarco qui ont survécu à l’esclavage sexuel et à d’autres crimes. Cet épisode, très riche en émotions, constitue un fait marquant dans l’histoire de l’organisation.

 


En Colombie, ASFC produit une analyse exhaustive de l’accord préliminaire sur les victimes conclu entre les parties en décembre 2015, laquelle présente les mécanismes de justice transitionnelle qui devaient permettre de traiter la situation juridique des combattants qui ont commis des exactions à l'endroit de la population civile.

En reconnaissance de la rigueur de son analyse, notamment sur les déplacements forcés et les violences basées sur le genre (VBG), ASFC est invitée par le ministre de la Justice à participer à l’identification des mécanismes de justice transitionnelle en vue d’assurer le droit des victimes à la vérité, à la non-répétition et à la réparation dans le cadre de la mise œuvre des accords de paix entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

 


Le projet Protection des droits des enfants, des femmes et des collectivités en situation de vulnérabilité (PRODEF), mené en partenariat avec le Bureau international des droits des enfants (IBCR), ouvre de nouveaux chantiers de coopération volontaire au Honduras, au Costa Rica, en Côte d’Ivoire, au Maroc et en Tunisie.