Retour à la section « Le blogue des coopérants »

ASF contribue à l’organisation des avocats défenseurs des droits humains du département de Caldas en Colombie

Au terme d’un séminaire d’une journée organisé par ASF et ses partenaires de la Corporación Colectivo de abogados José Alvear Restrepo (CCAJAR) et de l’Asociación colombiana de abogados defensores Eduardo Umaña Mendoza (ACADEUM) ayant réuni mercredi le 8 juillet 2009 35 représentants des organisations de la société civile et des groupes d’avocats défenseurs des droits humains à Manizales, capitale du département de Caldas en Colombie, ces derniers ont décidé de s’organiser.

La fragmentation des groupes de défense de droits humains, l’absence d’un ordre professionnel et la solitude des avocats face aux menaces, à la persécution et à la violence sont en effet des constats communs à tous ces groupes. Ceux-ci ont donc effectué les premiers pas vers la création d’un réseau visant notamment à identifier les risques auxquels ils font face et de solliciter et créer des opportunités de formation telle que celle donnée ce jour-là par ASF en matière de normes internationales applicables au rôle des avocats et d’application du droit pénal international

L’objectif du réseau sera également d’optimiser l’accompagnement d’organisations comme la CCAJAR et ASF. Dans le cadre de d’un des objectifs du projet d’ASF visant à renforcer le partage d’expériences, la systématisation des stratégies de défense des droits humains et la coordination entre les groupes d’avocats et les organisations de la société civile, les avocats du Caldas ont comme leur collègues de partout au pays rapporté des problèmes et des cas précis d’assassinats ou de tentatives d’assassinats, de stigmatisation des avocats défenseurs des droits humains qui sont systématiquement accusés de défendre les terroristes ou d’appartenir aux FARC (principal groupe armé illégal de la guérilla) et de « judicialisation », c'est-à-dire la pratique consistant pour les autorités gouvernementales à entreprendre des procédures judiciaires et d’emprisonner en fonction des accusations précédemment mentionnées de liens avec la guérilla.
 

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires