Volver a la sección « El blog de los cooperantes »

La traite des personnes au Guatemala, un phénomène entre normalisation et ignorance

Dessin représentant la traite de personne réalisé par une des victimes que j’ai rencontrées
Dessin représentant la traite de personne réalisé par une des victimes que j’ai rencontrées

 

La traite de personnes? Avant le début de mon mandat, ce terme ne m’évoquait qu’une définition couchée dans un Protocole international, une grave violation des droits humains qui faisait parfois les gros titres des journaux, des chiffres alarmants liés au crime organisé, etc. Au Guatemala, j’ai découvert une autre réalité: la traite des personnes (trata de personas) est un vécu quotidien. 

En ayant à l’esprit la définition internationale et nationale du crime, se balader dans les rues de Guatemala ciudad a pris une tout autre dimension: les enfants qui cirent les chaussures dans les rues ou qui vendent des sucreries à longueur de journée, les jeunes filles qui, du matin au soir, font des tortillas de maïs et dorment à même le sol pour quelques quetzals... autant de potentielles victimes de la traite des personnes exposées à la vue de tous et qui, pourtant, passent inaperçues à cause de la normalisation et de l’ignorance qui entourent le phénomène. 

 

 

La traite de personne, un visage et un nom


Suivant mes premiers contacts avec de jeunes filles et adolescentes au sein de mon organisation partenaire, el Refugio de la niñez, la traite des personnes a cessé d’être un simple concept juridique. Elle s’est pourvue d’un visage, a adopté un prénom, est devenue une histoire de vie avec un destin brisé. 

Je me souviens particulièrement de celle d’une jeune fille de 12 ans que la mère offrait comme objet sexuel quotidiennement à plusieurs hommes en échange de quelques quetzals. Cette histoire est loin d’être un cas isolé et illustre une facette de la traite des personnes bien ancrée au Guatemala, celle que l'on appelle trata interfamilia, c’est-à-dire la traite des personnes orchestrée au sein de la famille même, sans aucun lien avec le crime organisé. 

 

Nina Bries donne une formation à des jeunes femmes sur la traite de personnes.

Moi en compagnie de l’avocate Gabriela Mena Pineda donnant une formation sur les droits humains aux victimes de la traite  de personnes.

Malgré la noirceur de ce tableau, je ne cesse de m’émerveiller devant le courage de ces jeunes filles victimes, de leur force de volonté et envie d’aller de l’avant. Face à cet élan de vie, je ne peux m’empêcher de souhaiter que leurs voix soient entendues par les autorités du pays, qu’elles puissent être protégées et qu'elles bénéficient d’un cadre normatif leur offrant une possibilité réelle de se reconstruire. 

À travers son projet « Triangle Nord », Avocats sans frontières Canada travaille précisément à lutter contre ce crime souvent caché et silencieux afin de garantir les droits des victimes en améliorant les capacités d’investigation, de poursuite, répression et réparation des acteurs clés de la justice guatémaltèque. 


Nina Bries est conseillère juridique volontaire au sein du projet « Renforcement des capacités de répression pénale des crimes transfrontaliers commis contre les femmes, les filles et les autres personnes en situation de vulnérabilité dans le Triangle Nord de l’Amérique centrale » (TN2). Le projet est réalisé avec l’appui financier du gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.

 

Gracias a nuestros socios sin fronteras

Consulter la liste des partenaires