Volver a la sección « Noticias y artículos »

Haïti : des journalistes sensibilisés sur leur rôle dans la promotion et la protection des droits humains


L’Office de la protection du citoyen (OPC), en collaboration avec Avocats sans frontières Canada (ASFC), a organisé deux journées de formation les 29 et 30 janvier 2019 au profit de 27 journalistes en provenance de différents départements du pays.

Cette formation, réalisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet Accès à la justice et lutte contre l’impunité en Haïti (AJULIH), visait à permettre aux journalistes de se familiariser avec les notions fondamentales des droits humains et de mieux comprendre le rôle des médias dans la promotion et la défense des droits humains. Cet objectif a visiblement été atteint.

« Après ces deux jours, grâce aux connaissances acquises, j’ai une autre lecture des faits sociaux qui jalonnent notre histoire », témoigne Nixon Dénués, qui se dit prêt à partager ses nouvelles connaissances avec ses pairs journalistes. « Avant je relayais les informations fournies par les organisations de droits humains. Maintenant, je suis en mesure de les comprendre, de les analyser, de les qualifier et je suis davantage conscients de leurs conséquences sur les victimes. »


Les droits humains, à la fois ce que l’on prône et la manière dont on le vit


Selon l’animateur principal de la formation, Me Camille Patrick, les droits humains incluent également des valeurs telles l’acceptation, l’équité, l’inclusion, la collaboration, la solidarité, l’empathie. « C’est toute une façon de vivre qui parfois peut-être en contradiction avec les convictions religieuses et les coutumes. C’est à la fois ce que l’on prône et la manière dont on le vit. »

La formation était axée sur les notions de base en droits humains et sur l’adoption d’une approche fondée sur les droits humains dans le travail des journalistes et des médias. Au cours des ateliers de travail, les journalistes ont passé en revue les principes et valeurs des droits humains, les catégories de droits et certains instruments nationaux et internationaux de droits. Ils ont par la suite produit des reportages qui tiennent compte des droits humains.

C’est toute une façon de vivre qui parfois peut-être en contradiction avec les convictions religieuses et les coutumes. C’est à la fois ce que l’on prône et la manière dont on le vit.

« Je me suis particulièrement senti interpellé par la thématique traitant du genre et du journalisme. L’intervenante nous a fait prendre conscience de la nécessité d’ouvrir nos micros aux femmes, et parfois même, d’aller à leur rencontre », affirme Pierre Lunick Revange. « Son intervention nous a ouvert les yeux sur la société et l’importance de la prise en compte du genre dans notre travail. »

Un réseau de journaliste pour la protection et la promotion des droits a été constitué en marge de la formation.

 

Gracias a nuestros socios sin fronteras