Projet PRODEF


Projet


Protection des enfants, des femmes et autres collectivités vulnérables (PRODEF)

2015-2019


Présentation et objectifs


Le projet a pour mission de renforcer les mécanismes démocratiques en s’appuyant sur la primauté du droit et l’accès à la justice pour les groupes ciblés. Il vise essentiellement à consolider, dans le respect des besoins des partenaires et des bénéficiaires locaux, les capacités des organisations de la société civile et des entités étatiques.

Une centaine de coopérant.es volontaires canadien.nes qui œuvrent en matière de droits humains sont appelé.es à partager leurs connaissances et leur savoir-faire. Ils sont déployés dans neuf pays : Colombie, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Guatemala, Haïti, Honduras, Maroc, Pérou et Tunisie.

Le projet PRODEF se distingue en misant sur une expertise canadienne pointue. Il permet à des Canadien.nes d’acquérir une expérience unique en développement international. Il contribue, du même coup, à la sensibilisation et à la mobilisation du public canadien aux problématiques majeures vécues par les groupes en situation de vulnérabilité dans leur pays respectif. Il cherche particulièrement à produire un effet d’entraînement en faveur de la protection des personnes et de ces groupes dans les pays d’intervention.

GALERIE PHOTOS


Réalisations


Depuis le début du projet :

  • plusieurs milliers de femmes et de filles bénéficient d’une meilleure connaissance et d'une protection accrue de leurs droits grâce à l’appui des volontaires ;
  • des femmes et des filles sont sensibilisées quant à leurs droits et préparées à faire face aux différentes étapes du processus judiciaire ;
  • plusieurs dizaines de dossiers sont traités devant les instances internationales en lien avec des violations graves de droits humains, notamment des  dossiers de disparitions forcées, de traite de personnes, de génocide et de violences sexuelles ;
  • des propositions législatives sont élaborées en faveur des droits des enfants, des adolescentes et des femmes et contre le mariage des personnes mineures ;
  • des dossiers sont portés devant les instances juridiques internationales et permettent de donner un accès à la justice aux victimes, parfois après plus de vingt ans d’attente. 

Partenaires locaux


Colombie

Costa Rica

Côte d’Ivoire

Guatemala

Haïti

Honduras

Maroc

Pérou

Tunisie

  • Amal pour la famille et l’enfant

Partenaires


Partenaire financier :

Affaires mondiales Canada (AMC)

Partenaire de consortium :

Bureau international des droits des enfants (IBCR)

En collaboration avec :

Barreau du Québec

Merci à nos partenaires sans frontières