Retour à la section « Nouvelles & articles »


ASFC organise un séminaire sur le litige stratégique à Maputo


« Mener des dossiers de violations des droits des femmes dans une optique de litige stratégique ne signifie pas seulement de chercher à les gagner devant les tribunaux. C’est parler publiquement du problème, le dénoncer dans l'espoir de contribuer à son éradication ».

Voilà ce qu’Elisa Samuel, membre du Conseil supérieur de la magistrature et directrice du Centre de formation judiciaire du Mozambique, a souhaité communiquer aux participants du séminaire sur le litige stratégique de droits humains organisé par ASFC cette semaine à Maputo. Les droits des femmes, sans surprise, étaient au cœur des discussions tout au long de ces trois jours.

Au Mozambique, plusieurs obstacles nuisent à la concrétisation des droits des femmes, dont la persistance de croyances et traditions culturelles qui maintiennent les femmes dans une situation d'infériorité  Cette situation est exacerbée par l’incapacité des institutions de fournir une réponse aux violences basées sur le genre, qui résulte notamment de carences en termes de capacités et de moyens.

Les femmes et victimes de violations de leurs droits doivent bénéficier de services de la part d’institutions et organisations plus aptes à aborder de manière adéquate les spécificités de ce groupe. L’accès à la justice est un élément fondamental de l’autonomisation des femmes. C’est avec cette idée en tête que le séminaire a été organisé du 11 au 13 février.

Cette activité visait principalement à sensibiliser la communauté juridique mozambicaine au potentiel de transformation du litige stratégique de droits humains, notamment en accroissant les connaissances et capacités des avocat.es et représentant.es des organisations de la société civile en matière de litige stratégique. Ce fut également une occasion d'exposer les juristes mozambicains à des expériences de litige vécues par des homologues originaires du Brésil, du Canada et de l'Afrique du Sud, afin d'en tirer des leçons et dresser des parallèles avec leur propre réalité.

Au terme de ce séminaire, les avocat.es et une partie de la communauté juridique mozambicaine ont développés des capacités pour identifier, préparer et mener des cas de litige stratégique, particulièrement dans le contexte de cas emblématiques de violations des droits humains de personnes en situation de vulnérabilité. Les représentant.es des OSC ont quant à eux pu approfondir leur connaissance de la pratique du litige stratégique de droits humains.