Retour à la section « Nouvelles & articles »


Une première soirée de la relève générationnelle au Mali réussie !


Dans le cadre du programme de relève générationnelle du projet « Justice, prévention et réconciliation pour les femmes, mineurs et autres personnes affectées par la crise au Mali » (JUPREC), Avocats sans frontières Canada a organisé une « Soirée de la relève générationnelle » le 11 juin dernier à Bamako.

La cérémonie a réuni au total une centaine de participants, dont des représentants du gouvernement du Mali, l’ambassadeur du Canada au Mali, M. Louis Verret, le directeur général d’ASFC, Me Pascal Paradis, de même que des responsables d’organisations de la société civile et organismes internationaux. Étaient bien sûr présents les stagiaires de l’ensemble des cohortes de stage et les membres de la Ligue des juristes pour la paix et le respect des droits humains (LJDH), pour qui la soirée était dédiée.

Après une allocution d’ouverture du chef de mission d’ASFC au Mali, M. Aristide Nononsi, Me Pascal Paradis a expliqué que le programme de relève générationnelle cherche à faciliter l’accès des jeunes aux fonctions juridiques et judiciaires et à pallier le manque d’avocat.es spécialisé.es dans le domaine des droits humains.

L’objectif du programme est de former la relève des défenseur.es des droits humains et les sensibiliser à ce domaine afin que les thématiques qui y sont reliées soient intégrées à leur pratique quotidienne. Le programme vise également à encourager le leadership des jeunes femmes et faciliter le renouvellement du leadership féminin.

Depuis le début du programme, deux jeunes ont été admis à l'École nationale d'administration, quatre au concours de la magistrature, deux ont été embauchés au sein d’organisations œuvrant dans le domaine, trois ont été recrutés au projet JUPREC comme agents de programme, cinq font partie de la communauté de pratique de lutte contre la corruption à Bamako et plusieurs travaillent comme juristes collaborateurs dans des cabinets d’avocats.

Le programme de la LJDH, qui s’est étalé sur 6 mois, a permis à 15 juristes de suivre une formation dans le domaine du droit international des droits humains et autres domaines complémentaires tels la gestion de projets, la recherche de financement et l’anglais en vue de parfaire leurs compétences humaines et professionnelles. Ce programme a été couronné par la présentation d’un mini mémoire par chacun des bénéficiaires.

La soirée a permis de confirmer l’intérêt suscité par le programme au fil des échanges enthousiastes entre les participants. Le témoignage de Koniba Samake, stagiaire au cabinet de Me Mariam Koïta et membre de la LJDH, a particulièrement retenu l’attention de personnes présentes. « JUPREC m’a offert un tout autre cadre de formation et d’apprentissage. Au cabinet, j’ai appris à rédiger de plaintes, des requêtes, de mémoires, de conclusions, j’en passe », explique-t-elle. « Cette aventure est inoubliable, j’ai également eu la chance de faire partir de la ligue des juristes pour la paix et le respect des droits humains au Mali qui m’a donné l’occasion de renforcer mes notions, de me remettre en cause, de quitter la société de conditionnement et pour la société conviction. »

Un autre moment fort de cette cérémonie fut le discours de reconnaissance donné par Me Pascal Paradis et le port symbolique des broches, témoignant l’engagement des jeunes juristes pour les droits humains. Ensemble et d’une même voie, les jeunes de la relève générationnelle ont pris l’engagement de promouvoir et de défendre les droits humains en tout temps et en tous lieux.