Retour à la section « Nouvelles & articles »

ASFC participe au procès historique d’un ex-chef d’État du Guatemala accusé de génocide

C’est aujourd’hui que s’ouvre au Guatemala le procès contre l’ex-chef d’État et général à la retraite, José Efrain Rios Montt, et du responsable de son service de renseignement militaire, José Mauricio Rodríguez Sánchez. Des Canadiens sont au centre de ce procès historique, l’équipe d’Avocats sans frontières Canada (ASFC) étant à pied d’œuvre en soutien aux avocats et organisations de la société civile qui représentent les victimes.

Messieurs Ríos Montt et Rodríguez Sánchez sont tous deux accusés de génocide de la population maya ixil du département de Quiché et de crimes contre l’humanité.

« Il s’agit d’un moment historique pour la justice non seulement au Guatemala mais aussi à l’échelle internationale. C’est en effet la première fois qu’un chef d’État est cité à procès pour génocide devant un tribunal national. Quoiqu’il advienne, le seul fait que ce procès soit ouvert constitue une avancée singulière pour la lutte contre l’impunité et pour les victimes d’injustice de par le monde », a déclaré Maître Paradis.

L’ouverture du procès est le résultat d’un combat juridique acharné mené par le Ministère public du Guatemala de même que par les victimes constituées en partie civile. Avocats sans frontières Canada a prêté main forte depuis 2009 au Centre d’action légale en droits humains (CALDH) et au Cabinet de droits humains du Guatemala (BDH) – le partenaire principal d’ASFC au Guatemala – qui représentent les victimes dans ce dossier.

L’équipe de la mission permanente d’ASFC au Guatemala ainsi que plusieurs coopérants volontaires avocats et juristes d’ASFC travaillent en effet au sein du CALDH et du BDH depuis de longs mois afin d’appuyer les partenaires locaux dans la préparation de la preuve et de l’argumentation. Compte tenu de l’importance du moment, une équipe additionnelle de coopérants volontaires a été dépêchée au Guatemala cette semaine. ASFC a aussi déposé au dossier de la cour un mémoire d’argumentation contre la loi d’amnistie qui aurait eu pour effet de permettre à monsieur Ríos Montt d’échapper à la justice.

ASFC rappelle que ce dossier s’inscrit dans la foulée de l’affaire du massacre de la communauté de Las Dos Erres, dont monsieur Ríos Montt est accusé d’être le haut responsable. Le 2 août 2011 et le 12 mars 2012, un tribunal guatémaltèque a condamné cinq ex-militaires à de sévères peines pour torture, viol et meurtre de plus de 200 civils non-combattants (y compris femmes enceintes, enfants et nourrissons) et pour crimes contre l’humanité. ASFC a également appuyé le travail des représentants de la partie civile dans ce dossier.

 

Pour plus d'information, merci de vous reporter au communiqué de presse
 

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires