Retour à la section « Nouvelles & articles »

Générer des résultats, produire le changement : lumière sur l’épine dorsale d’un projet de coopération internationale

Catégories : Publications spéciales


Afin de continuer à vous faire entrer dans les coulisses de la coopération internationale en matière de droits humains et d’accès à la justice, nous vous proposons au cours des prochaines semaines une série d’entretiens réalisés avec les membres de l’équipe d’Avocats sans frontières Canada. Vous êtes intéressé-e-s par la coopération internationale, ou souhaitez-même y faire carrière? Cet éclairage vous permettra de découvrir les facettes du travail de ces visages qui s’unissent au quotidien pour soutenir la mise en œuvre de la justice, de la réconciliation et du vivre ensemble au sein des projets et activités qu’ASFC mène dans plusieurs pays d’Amérique latine, de l’Afrique et des Caraïbes.


 

Entretien avec Junior Tchassep, Chargé de suivi et évaluation

 


Qu’est-ce que la gestion axée sur les résultats dans le cadre d’un projet de coopération internationale?


La gestion axée sur les résultats, plus connu sous l'acronyme GAR, est une méthode de gestion (ou management) qui met prioritairement l'accent sur les résultats de développement au détriment de la simple mise en œuvre des activités.

Dans le domaine de la coopération internationale, la GAR consiste à la mise en place des mécanismes, approches et outils permettant de s'assurer que les efforts et actions fournis contribuent à une transformation visible et perceptible au sein d’une communauté, d’une organisation ou d’un pays.

 

 

La GAR vise à garantir la participation des parties prenantes à toutes les étapes d’une action de développement. Elle possède un potentiel inestimable permettant de transformer des façons de faire et d’améliorer le regard que nous portons sur les activités que nous mettons en place avec et pour nos partenaires.


Comment la GAR s’inscrit dans les projets d'ASFC?


La GAR fait partie intégrante de la démarche d'intervention d'ASFC. Afin de mettre sur pied une approche institutionnelle de GAR, nous avons fait un inventaire des outils antérieurement développés en la matière. Sur la base de ce travail préliminaire, et avec la participation de l’équipe, j’ai développé une approche méthodologique, renfermant des outils de collecte et de gestion de données. J’ai également préparé des notes explicatives permettant à nos équipes terrain de mieux comprendre l’approche et de facilement l’opérationnaliser sur le terrain.

 

Mission de formation des acteurs terrains sur la gestion axée sur les résultats, Mali, Mars 2017.

 

Dans le cadre de notre projet au Mali, j’ai réalisé des missions dans l’optique de former les partenaires locaux afin qu'ils s’approprient l’approche méthodologique de la GAR et soient en mesure d'en faire usage dans la mise en œuvre du projet. Cette démarche de subsidiarité contribue à la pérennisation de la GAR chez nos partenaires.


Avec plusieurs nouveaux projets au cours de la dernière année, quels sont les principaux défis que vous avez eu à relever?


La réflexion qui devait être menée a porté sur l'élaboration d'un système de suivi évaluation (SSE) institutionnel, ou global. Au terme d’une réflexion de longue haleine impliquant l’équipe à Québec et dans les pays d’intervention, une approche intégrée de collecte, de gestion et d’analyse des données a été développée.

Au moment où l’on se parle, elle en court d’utilisation dans tous nos projets et nous permet maintenant d’harmoniser et de clarifier nos façons de faire. Cette approche intégrée permettra la consolidation de l’ensemble des données collectées sur le terrain. En cas d’utilisation optimale, cette approche institutionnelle garantira la disponibilité de l’information, indispensable à la prise de décisions et à une gestion plus simple et efficace.

 

Groupe de discussions avec les acteurs de la société civile malienne portant sur les résultats du projet JUPREC, Mars 2018.

 

L’approche méthodologique de GAR a été implantée dans notre projet au Mali depuis un an et à ce jour, des améliorations sont déjà perceptibles quant à la qualité de données et des informations présentées dans les rapports.


Quel sont les objectifs pour 2018?


Le défi pour l'année 2018 est de déployer cette approche en tenant compte de la spécificité de chaque projet car les enjeux de sécurité, le type des bénéficiaires et/ou la nature de l’intervention varient fréquemment. Notre défi consiste à rester vigilant et à faire les bons ajustements afin de prendre en compte les spécificités auxquelles nous devons faire face en cours de projet.

C’est pourquoi une évaluation qualité est menée continuellement afin d'effectuer, le cas échéant, la refonte de certains outils et/ou méthodologies.

 

Junior Tchassep, Chargé de suivi et évaluation

 

Au final, nous constatons depuis 1 an la grande efficacité de cette approche, et c’est pourquoi nous continuerons la réflexion afin de la rendre toujours plus concrète dans nos projets.  De cette façon, autant nos partenaires, donateurs, bailleurs de fonds et public en général pourront mieux constater toute la qualité et l'impact de nos activités dans nos pays d'intervention.

 

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires