Retour à la section « Nouvelles & articles »

La suite de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation actuellement discutée à Bamako

Avocats sans frontières Canada (ASFC) en partenariat avec la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) ont appuyé la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) du Mali dans l’organisation d’une réflexion collective entourant sa succession. Un atelier de trois jours, qui a lieu du 20 au 22 octobre 2021 à Bamako.

Les discussions visaient à contribuer à la réflexion sur les modes de fonctionnement et la composition d’un organe successeur, qui aura pour mandat d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations faites par la CVJR

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le président de la CVJR, M. Ousmane O. SIDIBE, en compagnie de M. François Picard, chef de la coopération à l’Ambassade du Canada et de S.E Dr Kirsten Staudt, cheffe de mission adjointe de l’Ambassade de la République fédérale d’Allemagne. En tout, une cinquantaine de participant.e.s et de représentant.e.s d’institutions nationales et internationales étaient présent.e.s. 

De gauche à droite: Kirsten Staudt, Ousmane, François Picard

De gauche à droite: Kirsten Staudt, Ousmane O. SIDIBE, François Picard

Les échanges ont porté sur des expériences nationales en matière de mémoire, dont la Direction nationale des Archives du Mali, la Pyramide du Souvenir et le Mémorial Modibo Keita; et internationales au Canada, en Colombie, au Togo et au Rwanda. 

La CVJR s’est dite impatiente d’accéder aux conclusions qui auront émergé des discussions. Selon son président, c’est elles qui veilleront à ce que le travail de la CVJR et de tous ses partenaires n’ait pas été vain.  


Un organe indispensable pour achever la mission de la CVJR


La CVJR a été créée par Ordonnance N2014-003/P-RM du 15 janvier 2014 pour permettre la refondation de l’État malien sur la base de la stabilité et de la paix. Elle est responsable de mener des enquêtes et d’établir la vérité sur les violations graves des droits humains et les atteintes aux biens culturels de 1960 à ce jour. Depuis, près de 23000 victimes ont pu faire leurs dépositions auprès de la CVJR.

L’atelier aura été l’occasion pour les partenaires de réaffirmer leur engagement à poursuivre la vision qu’a la CVJR du Mali de demain. L’Ambassade de la République fédérale d’Allemagne, à travers sa représentante, a déclaré être sûre que « la Commission proposera au gouvernement, un organe capable de travailler pour la réconciliation, la paix, le vivre-ensemble et la résolution des conflits ».

Le chef de la coopération canadienne au Mali a affirmé être content d’«accompagner, à travers le travail d’ASFC, la mise en œuvre des mécanismes de justice transitionnelle au pays, particulièrement la CVJR, grâce aux projets JUPREC, RCVJR, SCVJR et maintenant JUPAX». Il soutient que l’approfondissement des travaux de la CVJR doit passer par un organe successeur. 

Depuis plusieurs années, ASFC apporte son appui technique, juridique et financier à la CVJR, notamment à l’organisation de ses audiences publiques, et maintenant pour la création d’un organe successeur, essentiel au futur du Mali.
 

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires