Retour à la section « Nouvelles & articles »

Les acteurs de la justice guatémaltèque brossent un tableau très positif de l’action d’ASFC au Guatemala

Le 28 février 2013, plusieurs des acteurs les plus importants du monde de la justice et des droits humains du Guatemala étaient réunis à l’invitation d’Avocats sans frontières Canada (ASFC) afin de faire un bilan du projet « Appui au litige stratégique de droits humains ».

Dans l’après-midi, plus d’une soixantaine de représentants d’une douzaine d’organisation de la société civile avec qui ASFC a établit des partenariats ont discuté des succès du projet de même que des défis. Tous ont souligné l’importance du projet et son déploiement à un moment crucial. Le renforcement de la capacité juridique des avocats et magistrats a été salué comme un des résultats les plus importants du projet, notamment grâce à la mise sur pied et au développement du Cabinet juridique de droits humains (BDH). Des avancées historiques ont été réalisées avec la contribution d’ASFC, dont des victoires en cour dans les dossiers du massacre de Las Dos Erres, du massacre de Plan de Sánchez, des massacres de Río Negro, du journal militaire, etc. Bien du chemin reste à parcourir et plusieurs préoccupations ont été mentionnées, notamment quant à la sécurité.

En soirée, ce sont les représentants des plus hautes instances du Guatemala en matière de justice qui ont salué l’apport du projet en termes de renforcement de capacités et d’avancement des dossiers emblématiques de violations graves des droits humains. Le président de la Chambre pénale de la Cour suprême du Guatemala, monsieur César Ricardo Crisóstomo Barrientos Pellecer, la procureure générale du Guatemala, madame Claudia Paz y Paz, le Protecteur du citoyen du Guatemala, Jorge Eduardo De León Duque, la Vice-protectrice du citoyen du Guatemala, Claudia López David, et l’ambassadeur du Canada, Hugues Rousseau se sont succédés au micro.

C’est un bénéficiaire du projet qui a terminé l’événement avec un témoignage poignant. Le père de Lisandro Guarcax, leader communautaire indigène respecté qui a été enlevé et assassiné, a ainsi raconté comment le BDH, avec l’appui d’ASFC, l’avait accompagné dans sa quête de justice qui a abouti par un procès au cours duquel la lumière a été faite sur le crime, les responsables ont été condamnés et une réparation a été obtenue.

Pascal Paradis, directeur général d’ASFC, et Julie Dubé-Gagnon, chef de mission d’ASFC au Guatemala, représentaient ASFC pour l’occasion.

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires