Retour à la section « Nouvelles & articles »

Nouvelle publication : Recueil d’expérience en matière de litige stratégique des droits humains

Fruit du savoir et de la pratique d’avocats, le Recueil d’expérience en matière de litige stratégique des droits humains (disponible en espagnol uniquement) constitue une ressource inouïe d’information en matière de litige stratégique de droits humains en Amérique latine. Issu du séminaire international organisé par ASFC en 2011 au Guatemala, d’imminentes personnalités du droit international y discutent de l’importance et de l’ampleur de la pratique en comparant les différentes expériences dans la région. Relatant de grands cas emblématiques ou explorant le concept de jurisprudence universelle, les auteurs, experts dans leur domaine respectif, y partagent leur savoir et leur passion.

Marcos Andres Kotlik, avocat à l’Université de Buenos Aires en Argentine, se penche sur le principe de juridiction universelle en tant que mécanisme de défense contre les violations graves des droits humains. Passant des cas Scilingo et Pinochet à l’extradition de Ricardo Carvallo, il dresse un portrait de l’influence du concept en Argentine depuis 1983.

Ronald Gamarra, avocat des victimes dans le cas contre l’ex-président Alberto Fujimori, élabore sur le procès dont il a été l’un des acteurs principaux. Il argumente que malgré le caractère politique d’un procès de chef d’État, obtenir une sanction juste et équitable et permettre au peuple péruvien d’avancer ont été les principaux vecteurs de ce jugement, évitant ainsi un lynchage public de l’accusé.

Edgar Fernando Pérez Archila, avocat et directeur du cabinet de droits humains du Guatemala, aborde l’expérience du Guatemala et de l’Amérique du Sud d’amener en justice de hauts commandants militaires responsable de massacres.

Manuel Ollé Sesé, professeur de droit pénal à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid et avocat dans les cas de juridiction universelle, se concentre sur le principe de juridiction universelle en tant que mécanisme de défense contre les violations graves des droits humains et les limites de son application en raison de son aspect controversé. Il appuie son propos par l’exemple de l’Espagne qui a récemment limité le recours au principe dans sa législation.

Almudena Bernabeu, avocate et directrice du programme de justice transitionnelle du Centre de la justice et de la responsabilité, explore l’idée de justice transnationale et son impact dans le cas du Guatemala concernant le crime de génocide.

Mario Minera, directeur du Centre pour l'action légale en droits humains au Guatemala, discute de l’importance du témoignage dans l’imputation pour génocide et les leçons apprises du cas guatémaltèque.

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires