Programme d'ASFC


La coopération volontaire est dans notre ADN!


Avocats sans frontières Canada (ASFC) a été fondée dans le but de permettre à des juristes canadiens de contribuer aux efforts de solidarité internationale en mettant leur expérience professionnelle au bénéfice de partenaires de pays en développement, fragiles ou en transition. Les coopérant.es volontaires sont le cœur et l’âme de notre organisation. 

La coopération volontaire est un échange réciproque de savoirs, d’expertise et d’expériences dans une optique de développement durable. Elle s’appuie sur une réponse structurée aux besoins des organisations partenaires. Elle assure une gestion professionnelle, efficace et novatrice de ses projets. Elle demande un engagement désintéressé des professionnels qui partent en mission. Enfin, elle se fonde sur une relation d’aide à autrui. L'engagement bénévole est au cœur de toutes nos interventions.

GALERIE PHOTOS


Concrètement, les volontaires :

  • mènent des recherches et analyses sur diverses situations de violations des droits humains afin de mieux les documenter ;
  • jouent un rôle dans l’accompagnement juridique en renforçant l’argumentaire, la preuve et les dossiers dans leur ensemble pour assurer la meilleure défense des droits des victimes ;
  • analysent la législation pertinente pour identifier les lacunes et conseiller les partenaires afin qu’ils puissent exiger le respect de leurs droits et obtenir réparation ;
  • préparent des analyses et des recommandations afin de rendre le cadre législatif plus favorable à la protection des droits humains, en conformité avec les engagements internationaux des pays concernés ;
  • collaborent à l’élaboration et à la mise en œuvre de plans de sensibilisation, incluant la création et la diffusion d’outils de vulgarisation, auprès de collectivités en situation de vulnérabilité.

Entre 2002 et 2017, près de 300 coopérant.es ont donc directement contribué :

  • au renforcement de l’accès à la justice et à la représentation légale ;
  • à la tenue de procès équitables et à la formation continue des intervenants de la justice et des membres de la société civile ;
  • au renforcement de la sécurité et de l’indépendance des défenseurs des droits humains.

Grâce au travail des coopérants, c’est une multitude d’acteurs locaux qui développent de nouvelles aptitudes, participent activement aux enjeux propres à leur société et s’impliquent de plein gré dans le processus de justice.